… navrée …

 

 

La nuit … le jour … le jour … la nuit …

Elle est bouleversée, dévastée, paniquée …

Elle s’enfonce dans les profondeurs d’un orage sans fin

Ses yeux au fil de l’eau se noient

Elle pleure …

Part à la dérive

Sa tête en colère

Son cœur qui vacille

Dans les ténèbres de la nuit

Elle hurle …

Mais ses cris restent sourds

Ses forces côtoient l’impuissance

Elle voudrait fuir loin des débris de la vie

Elle s’éloigne, culbute au fond d’un gouffre amer

Elle est  désespérée, brisée, crevée …