… il …

 

Un matin, je ne sais plus quel matin … quelle importance …

Il s’est habillé … avec soin comme toujours

Il est sorti de sa maison, oubliant les clés sur la porte … comme d’autres fois

Il est passé sous le porche de pierres, foulant les pavés des rues escarpées

Il avait les bras chargés d’un paquet bien ficelé … comme à l’accoutumée

Il marchait d’un pas un peu pressé,  à midi le bureau postal fermerait ses grilles

Il voulait que son colis ne subisse aucun retard

Il a pris le chemin le plus court … pas le plus beau, peu importe

Il est arrivé tout juste … la buraliste le reconnaissait,  elle avait pris l’habitude de le voir

Il était essoufflé …

Il la saluait avec beaucoup de respect, comme il en était coutumier et elle en souriait

Il avait de la chance, son envoi partira aujourd’hui encore

Il est reparti … calmement, respirant le soleil du Sud, souriant …

Il retournait vers sa maison …  prenant cette fois le chemin le plus long, loin de la circulation

Il s’essoufflait dans les côtes … peu importe

Il voulait retrouver son banc … ce banc où il aimait s’asseoir,  regarder … rêver …

Il était là … qui semblait l’attendre …

Il regardait au loin … les arbres, les collines

Il observait … s’émerveillait d’une sauterelle, du chant d’une cigale …

Il prenait quelques photos … une fleur inconnue … ces choses simples qui émeuvent pourtant

Il souriait de partager ces instants …

Il reprit son chemin…

Il croisait quelques promeneurs, les saluait avec toujours le même bonheur

Il s’arrêtait devant la maison de la vieille dame

Il admirait les roses trémières qui fleurissaient le mur

Il les immortalisait avec son gsm comme il disait

Il échangeait quelques mots avec la dame

Il lui demandait s’il pouvait prendre quelques graines

Il voulait les offrir à celle qui les aimait tant … à celle qu’il aimait tant …

Il était à deux pas de chez lui

Il repassait sous le porche en pierre

Il a ouvert sa porte, la clé toujours en place  

Il s’est déshabillé, il s’est déchaussé

Il s’est assis à la table

Il a trié les graines

Il les a emballées minutieusement, les a étiquetées …

Il est reparti le lendemain …

Il a posté son petit paquet de graines …

Il était heureux du bonheur qu’il venait d’envoyer

 

Ce matin  « Il » est épuisé, et  cet été, pour la première fois, après avoir voyagé quelques centaines de kilomètres, les graines ont  germé …

… et quelque part, dans un jardin un peu plus au Nord, de jolies roses trémières sont en fleur ….

 

  

 

 

 

 

 

 

 

(cet article a été écrit cette nuit, d’un trait, sans être retravaillé … désolée)

 

 

… éclipsée …

 

 

 

Je ne suis pas beaucoup là … vous l’aurez remarqué

L’envie, l’inspiration aussi se sont fait la malle … désolée

Dès que mes mots viendront me titiller … je reviendrai

Merci aux personnes qui se sont inquiétées en privé … je suis touchée

Je ne vous oublie pas … soyez rassurés